mobile_banner

À quoi ressemblera le bâtiment du futur ? 10 tendances à suivre dans le domaine de la construction

La convergence de plusieurs crises dans les domaines de la santé publique, de la société, de l’économie et de l’environnement a mis l’accent sur la nécessité d’un changement de nos modes de vie et généré des pistes de développement dans le secteur de l’immobilier et de la construction. Découvrez dans cet article les principales tendances qui dessinent le bâtiment du futur.

Les 4 grands principes du bâtiment du futur

En 2021, la communauté immobilière du Forum économique mondial a proposé 4 grands principes qui formeront le concept du bâtiment du futur. Les voici :

  • L’habitabilité. Ou, en d’autres termes, la « Qualité de ce qui est habitable en raison des conditions favorables qu’on y rencontre ». Selon une enquête menée par YouGov auprès de 16 000 personnes habitant en Europe et en Amérique du Nord, nous passons environ 90 % de notre temps à l’intérieur d’espaces clos. Ainsi à l’âge de 80 ans, vous aurez en moyenne passé 70 ans à l’intérieur ! C’est pourquoi les bâtiments jouent un rôle si important pour garantir l’habitabilité. Différents facteurs contribuent à une qualité de vie élevée, notamment le bon développement des bâtiments et des infrastructures, une conception centrée sur l’humain et inclusive (bâtiments créés pour des personnes de tous âges et de toutes capacités), ainsi que des installations sociales et récréatives qui répondent aux besoins des citoyens.

 

  • La durabilité. Le bâtiment du futur devra être durable, avec zéro émission de carbone pendant sa construction et son exploitation. Selon le Global Status Report 2017, les activités de construction représentent 36 % de la consommation d’énergie mondiale et 39 % des émissions de gaz à effet de serre. Malgré ces chiffres impressionnants, le World Green Building Council est optimiste et prévoit que le secteur du bâtiment peut atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2050. La modernisation énergétique des vieux bâtiments existants est primordiale pour mettre la durabilité en action, notamment en les réparant ou en les réaffectant plutôt qu’en les détruisant.

 

  • La résilience. Si la durabilité est davantage centrée sur l’avenir, la résilience concerne surtout le présent. Il s’agit de la façon dont nous assurons le fonctionnement de nos bâtiments pendant les inondations, les incendies de forêt ou les pannes de courant imprévisibles. Les bâtiments doivent être capables de s’adapter à tout incident en minimisant les conséquences de situations naturelles et humaines imprévisibles telles que les crises climatiques, financières et sanitaires. Les bâtiments du futur doivent pouvoir s’adapter à l’évolution des modes de travail et de vie.

 

  • L’accessibilité. Un accès équitable à un espace de vie et de travail de qualité est essentiel à la prospérité générale de la société. L’accessibilité représente à la fois l’accès financier (faibles obstacles à l’accession à la propriété, loyers bon marché) et l’accès à un niveau de vie adéquat (conditions de vie saines, emplacement et accès aux services). Cela peut sembler utopique de nos jours ; après les couvre-feux, de nombreux Américains ont perdu leur emploi et ont pris du retard dans le paiement de leur loyer. Cependant, les autorités américaines ont déjà fait beaucoup pour améliorer la disponibilité de logements abordables, par exemple en réformant le zonage et la réglementation de l’utilisation des sols.

 

Ces 4 principes formeront la base des nouveaux projets de construction, et bien qu’il soit difficile de prédire l’avenir, nous pouvons tout de même imaginer à quoi ressembleront les bâtiments du futur dans les prochaines décennies. Nous présentons ci-dessous les principales tendances et des exemples existants en matière de construction qui détermineront l’apparence des villes du futur et contribueront à une vie plus confortable et plus écologique sur notre planète :

#1. Objets architecturaux autonomes et autocontrôlés

Les bâtiments du futur seront autonomes. Ils seront « intelligents » et pourront non seulement surveiller et collecter des données sur le fonctionnement de leurs systèmes, mais aussi les ajuster de manière autonome afin d’utiliser plus efficacement les ressources. Un tel bâtiment vous avertira lorsqu’il sera nécessaire de changer les ampoules ou de régler les systèmes de chauffage ou de climatisation. Un jour, ces « bâtiments intelligents » partageront et optimiseront automatiquement leur consommation énergétique en étant intégrés au sein de « villes intelligentes ». Les bâtiments du futur adapteront leur comportement en fonction des choix des habitants. Après avoir analysé toutes les menaces, ils se configureront pour garantir des conditions de sécurité, de sûreté et de santé adéquates. Un bâtiment conçu de manière durable offrira confort et divertissement, stimulera la productivité et minimisera la consommation d’énergie en allumant et éteignant automatiquement l’électricité selon les besoins. En fait, vivre dans l’un de ces bâtiments du futur signifiera vivre dans un environnement qui reflètera au mieux votre style de vie et s’adaptera facilement à vos besoins actuels.

Fulton East, Chicago

Axé sur le bien-être, le Fulton East est un immeuble de bureaux et de commerces de 12 étages qui a été le premier à être planifié et construit pour un environnement post-COVID-19. L’immeuble donne la priorité à l’efficacité énergétique et à la qualité de l’air, tout en intégrant un certain nombre d’innovations sanitaires de pointe, telles qu’un système de purification de l’air qui tue les bactéries et les virus, des fonctions sans contact comme le bouton d’appel de l’ascenseur Toe-To-Go, qui permet l’activation du bouton en appuyant avec le pied, et un scanner thermique sans contact dans le hall.

#2. Les zones urbaines vont se transformer en villes intelligentes, sûres et durables.

Votre maison intelligente du futur fera partie d’un environnement urbain intelligent, vous permettant de connecter votre développement résidentiel aux services publics et privés. Les biens immobiliers résidentiels et commerciaux seront reliés à un système numérique qui intégrera l’infrastructure routière, les transports publics, le logement, l’électricité, l’élimination des déchets et d’autres services. La smart city ou « ville intelligente » développera une atmosphère qui encourage le meilleur de la vie urbaine tout en minimisant les difficultés, offre des rues plus sûres et des zones plus vertes, et permet d’accéder aux quartiers artistiques et culturels dans un délai raisonnable. Après la pandémie de Covid-19, nous sommes nombreux à aspirer à des espaces de vie praticables à pied, avec toutes les commodités à proximité, qui offriront une vie plus riche sans avoir à monter dans une voiture ou à perdre du temps à se déplacer d’un endroit à l’autre. À l’avenir, il y aura moins de bâtiments à usage unique. Les immeubles de bureaux d’aujourd’hui pourraient se transformer en « quartiers » verticaux ayant chacun trois fonctions ou plus. Ils pourront être réaffectés à un mélange de bureaux, de logements, de commerces et d’espaces éducatifs. Cette tendance se dessine déjà dans les villes les plus peuplées du monde.

Elysium City, Espagne

Créée par John Cora, ancien cadre de Walt Disney, Elysium City sera la première grande ville intelligente et durable d’Europe conçue et construite conformément aux 17 objectifs de développement durable des Nations unies. Parmi ceux-ci figurent une énergie propre, une consommation responsable, une éducation de qualité et l’égalité des sexes. La première ville intelligente européenne devrait être achevée d’ici 2028. Selon ses créateurs, elle sera un lieu où les gens aimeront vivre, travailler et se détendre.

#3. Des bâtiments neutres en carbone et à faible consommation d’énergie

Les villes et leurs bâtiments s’adapteront aux conditions climatiques et aux exigences environnementales et n’utiliseront que des sources d’énergie renouvelables. La structure du bâtiment du futur permettra de réguler la transmission de chaleur et donc de minimiser les pertes. La dernière étude en date, qui a vérifié si la construction de bâtiments plus denses et plus hauts était la meilleure voie vers la durabilité, a mis fin à ce mythe : les bâtiments bas et denses sont en réalité plus respectueux de l’environnement, tandis que les structures de grande hauteur ont un effet carbone nettement plus important. À l’avenir, il y aura donc une place pour les bâtiments à consommation énergétique faible ou quasi nulle, construits avec une meilleure isolation, des matériaux et des technologies à haut rendement énergétique. Les urbanistes et les constructeurs commenceront à intégrer cette nouvelle compréhension du cycle de vie du carbone d’un bâtiment dans leurs plans, en équilibrant l’impact de la densité et de la hauteur urbaine tout en fournissant des logements aux populations croissantes. À l’avenir, nous aurons donc plus besoin de villes comme Paris que comme New York pour atteindre la durabilité urbaine. Toutefois, une approche populaire de l’urbanisme vertical (qui sera abordée plus loin dans cet article) peut contribuer à faire d’une pierre deux coups en résolvant à la fois les problèmes de surpopulation et de développement durable de notre planète.

Living Landscape, Islande

Ce projet de Jakob+MacFarlane et T.ark est l’une des 49 initiatives urbaines net-zéro financées par le réseau mondial C40 Cities dans le cadre du concours Reinventing Cities. Living Landscape (Paysage vivant en français) est un bâtiment à usage mixte, situé sur un ancien site industriel insalubre de Reykjavik. L’utilisation de bois lamellé-croisé préfabriqué pour la construction réduit l’empreinte carbone du bâtiment de près de 80 % par rapport à un bâtiment en béton typique. Les émissions opérationnelles de carbone sont réduites grâce l’isolation, à un approvisionnement en énergie renouvelable et à un système intégré de récupération de la chaleur résiduelle. Ce projet sert de modèle d’écosystème pour les villes et les communautés urbaines en pleine croissance.

Article recommandé : Les bâtiments à énergie positive et leur planification

#4. Une conception flexible pour une transformation domestique

La décoration intérieure doit être adaptable, car les tendances actuelles ne seront peut-être plus pertinentes à l’avenir. Le bâtiment du futur ressemblera à une Tesla, dans la mesure où les murs et les fenêtres du bâtiment serviront de matériel pour un espace flexible. La technologie moderne peut rendre les bâtiments du futur plus intelligents et plus efficaces.

Si la réduction de la consommation d’énergie est une motivation majeure dans la recherche de nouvelles solutions, le bien-être des résidents du bâtiment est la priorité suivante. Même si de nombreuses personnes reprennent le travail au bureau, l’épreuve du couvre-feu a eu un impact sur la décoration intérieure. Partant du principe que de tels blocages peuvent se reproduire, de plus en plus d’architectes commencent à implanter des conceptions flexibles qui peuvent être facilement modifiées et transformées. Les nouveaux espaces seront conçus de manière à ce que les résidents puissent interagir avec la nature et la communauté tout en maintenant une distance sociale. Des intérieurs flexibles seront inclus dans le nouveau modèle de maison, rendant le « travail à domicile » plus pratique. Pour répondre à l’augmentation substantielle des besoins et de l’utilité, les cuisines seront améliorées avec des rangements plus importants et des garde-manger de plus grande capacité. Les balcons, les porches, les cours et les terrasses joueront un rôle important en rendant les rencontres plus simples et plus sûres, et en offrant aux familles un endroit pour se détendre et se ressourcer. Des rapports récents montrent que la transition radicale vers le travail à domicile pourrait devenir permanente pour plus de la moitié de la population active. Les concepteurs réfléchissent de plus en plus à des méthodes innovantes pour intégrer des bureaux de travail dans les appartements tout en rendant les projets financièrement viables.

Rose Hill, New York

Ce gratte-ciel résidentiel de 45 étages, de couleur bronze, situé à Manhattan, est célèbre pour ses appartements « flex ». Ces espaces polyvalents sont reliés au salon et peuvent être utilisés comme bibliothèques, chambres d’amis, crèches ou espaces de travail à domicile. Ils existent en différentes tailles et peuvent être utilisés comme des espaces ouverts ou derrière des portes fermées. Les appartements flexibles de Rose Hill confirment la demande croissante de bureaux à domicile.

#5. La conception modulaire en plein essor dans les bâtiments commerciaux

Bien que les bâtiments modulaires existent depuis un certain temps dans le secteur du logement, leur utilisation dans l’immobilier commercial n’en est qu’à ses débuts. Mais pourquoi cet engouement soudain ? Les bâtiments modulaires ne sont pas moins chers que la construction traditionnelle en termes de coûts de construction directs. Cependant, la construction modulaire a le potentiel de réduire les délais de construction. Par conséquent, les phases de revenus et d’occupation peuvent commencer plus tôt, ce qui se traduit par des retours sur investissement plus rapides. Le nombre croissant de bâtiments commerciaux multifonctionnels et flexibles prolongera considérablement leur durée de vie, contrairement à de nombreux bâtiments contemporains. Grâce aux technologies de conception et de construction modulaires, les propriétaires peuvent rapidement modifier certaines parties de leurs bâtiments pour de nouveaux locataires. Ainsi, un même espace peut passer d’un bureau à un restaurant ou à une unité résidentielle sans qu’il soit nécessaire de le reconstruire en profondeur. Alors que les bâtiments modulaires ont parfois la mauvaise réputation d’être « carrés », les concepteurs modernes peuvent aller plus loin et créer le bâtiment du futur, visuellement attrayant et pratiques. Les structures modulaires peuvent être facilement agrandies en fonction des besoins de l’entreprise.

#6. Les conceptions biophiliques font entrer la nature dans les maisons et les bureaux

Le coronavirus a relancé le débat sur la qualité de l’air intérieur. Alors que nous entendons souvent parler de la pollution de l’air extérieur dans les médias, l’Agence américaine de protection de l’environnement affirme que la pollution de l’air intérieur est 2 à 5 fois pire. En effet, une étude publiée dans Nature en 2021 a révélé que la pollution de l’air a un effet négatif sur les performances cognitives et entraîne des troubles respiratoires et cardiovasculaires, notamment le « syndrome des bâtiments malsains ».

L’intégration du monde naturel dans un bâtiment est connue sous le nom de design biophilique. La biophilie ne consiste pas simplement à installer quelques plantes, mais à prendre conscience du lien que les humains entretiennent avec leur environnement et à le refléter dans leurs espaces de vie et de travail. L’amélioration du lien avec la nature sur le lieu de travail (que ce soit à la maison ou dans les bureaux) tient compte de divers facteurs, notamment :

  • les matériaux naturels, l’ameublement, les textures, les motifs et les couleurs
  • les niveaux de toxines et de ventilation dans l’air
  • l’accès à la lumière naturelle
  • la présence d’espaces récupérateurs

 

Si le travail à domicile devient la norme, le lieu de travail doit s’adapter. Il doit devenir un environnement plus attrayant où les employés viendront parce qu’ils le souhaitent plutôt que parce qu’ils y sont obligés. Puisque les bureaux ne sont plus indispensables, ils doivent offrir des avantages significatifs pour attirer des utilisateurs. Et le design biophilique peut être l’un de ces avantages.

Ruins Studio, Écosse

Le Ruins Studio, en Écosse, est une maison privée créée dans les ruines en pierre d’une ancienne ferme. La pierre originale a été préservée et utilisée comme une coquille naturelle et texturée. Elle contraste fortement avec le design intérieur plus lisse et plus moderne. L’intérieur vous donne l’impression d’être dans une grotte, avec des judas qui laissent entrer la lumière naturelle et des accents en pierre qui se fondent dans des embellissements en bois modernes.

#7. Des maisons vivantes en mycélium

La communauté de la construction continue à expérimenter de nouveaux matériaux auto-guérissables/nettoyants, entièrement recyclables et adaptables à de nombreux éléments ou utilisations différents. Le mycélium est l’un d’entre eux. Le mycélium, partie végétative d’un champignon constituée de fils blancs, a piqué la curiosité de l’industrie du design au cours de la dernière décennie. Les designers utilisent ce matériau à croissance rapide pour fabriquer des abat-jours végétaliens, du cuir de champignon et des emballages alternatifs. Et maintenant, les architectes commencent à utiliser ce matériau pour créer des briques organiques. Ils affirment que le mycélium pourrait être utilisé pour produire les bâtiments vivants du futur. Il est encore trop tôt pour parler de maisons entièrement construites à partir de champignons, mais les scientifiques ont déjà réussi à créer des isolants et des dalles de plancher en champignon. Les blocs de champignons sont très légers et ressemblent à de la mousse durcie, tout en étant suffisamment solides et durables, ainsi que résistants à l’eau et au feu. En outre, la combinaison de différents types de champignons et de déchets végétaux permet de créer des briques de mycélium aux propriétés et aux caractéristiques uniques. Le fait que les champignons servent de réservoir de carbone (car au lieu de brûler, les déchets agricoles sont emmurés dans des briques) signifie que la construction en champignon peut également contribuer à réduire la quantité de déchets de construction, et donc la pollution environnementale. Pour l’instant, les maisons en mycélium sont une idée ambitieuse, qui se transforme peu à peu en réalité.

Tour Hy-Fi, New York

La plus haute et la plus grande construction en champignon est la tour HyFi, qui a été construite et exposée devant le Musée d’art moderne de New York. La tour était faite de briques de mycélium et atteignait une hauteur de 12 mètres. La tour HyFi a été retirée à la fin de l’exposition qui a duré deux mois, et les briques ont été envoyées dans des composteurs afin de tirer parti de leur biodégradabilité.

#8. Les maisons imprimées en 3D vont continuer à repousser les limites de la construction

Selon le rapport de Grand View Research, l’industrie mondiale de la construction en 3D devrait augmenter de 91 % entre 2021 et 2028. L’architecture imprimée en 3D apparaît comme une solution potentielle à certaines des difficultés actuelles auxquelles sont confrontées l’architecture, l’ingénierie et la construction – elle peut fournir des maisons bon marché, des abris pour les zones touchées par des catastrophes et une réponse à la construction durable. En dehors de ces avantages, l’un des plus importants est la diminution des coûts de construction. Avec l’impression 3D, il est beaucoup plus facile de calculer le volume réel des matériaux de construction nécessaires, ce qui permet de réduire les déchets. Les bâtiments imprimés sont également plus rapides à construire que les structures traditionnelles, ce qui permet de gagner du temps et de l’argent. Mighty Buildings, situé en Californie, par exemple, peut désormais imprimer une unité en 24 heures seulement. L’impression à une telle vitesse permet d’utiliser l’impression 3D pour produire des abris d’urgence et satisfaire le besoin croissant de logements. De nombreuses constructions imprimées en 3D disponibles aujourd’hui offrent un mélange idéal de conception innovante et de matériaux écologiques, qui peuvent être créés rapidement et à moindre coût. La NASA travaille également sur certains des projets les plus ambitieux concernant les imprimantes 3D. Elle a l’intention de transporter des structures 3D interplanétaires. En fait, la NASA sponsorise un concours de design pour une colonie martienne. Le plan consiste à amener une imprimante 3D sur Mars et à utiliser les ressources locales pour y fabriquer des maisons.

Community First! Village, Texas

Le centre d’accueil du village Community First! à Austin, au Texas, a été imprimé en 3D a été construit en 27 heures. Il s’agit d’une illustration des types d’habitations que le développeur texan ICON peut déjà imprimer pour le lotissement. Bien que ces maisons en 3D aient été construites pour les sans-abris et fassent partie d’un projet expérimental, elles sont vraiment bien construites et attrayantes, notamment grâce à une combinaison de finitions en noir, blanc et bois naturel. Les architectes ont réussi à créer un environnement confortable et attirant où il fait bon vivre.

Dans ce post, vous trouverez encore plus d’avantages de l’impression 3D dans la construction et découvrirez les exemples les plus innovants et prometteurs de l’industrie de l’impression 3D.

#9. Les espaces de coworking vont transformer l’environnement de bureau

Le besoin d’espaces de coworking flexibles permet aux promoteurs d’offrir un nouveau souffle aux anciens bâtiments. De nombreux promoteurs convertissent leurs actifs actuels en espaces de coworking, tandis que des investisseurs achètent des hôtels et des immeubles de bureaux pour les transformer en lieux de travail flexibles.

Parmi les tendances des espaces de coworking qui persisteront à l’avenir, citons :

  • Une conception axée sur la santé. La demande pour un environnement propre et sûr, un mobilier ergonomique, des installations pour les cours de yoga, de salles de méditation et de salles de sport va augmenter.
  • Des espaces hybrides. On trouvera des espaces de coworking hybrides « sans rendez-vous » dans les hôtels, les espaces commerciaux et les restaurants. À l’avenir, personne ne sera surpris de voir comment un espace de coworking de jour se transforme en lieu de divertissement le soir, ou comment un lieu sert simultanément d’espace de coworking et de club de bien-être.
  • Un pivot vers la périphérie des grandes villes. L’épidémie a provoqué un important virage vers le travail à distance dans le monde entier. Les employés ne sont plus disposés à faire la navette une fois qu’ils ont apprécié les avantages de ne pas avoir à se rendre au travail. C’est pourquoi il existe une demande croissante de construction d’espaces de coworking en banlieue.
  • Des espaces de coworking de niche. Le « coworking de niche » consiste à se concentrer sur un certain secteur du marché, par exemple, un espace de coworking pour les artistes, pour les femmes uniquement, pour les développeurs et les codeurs, pour les auteurs et les photographes, etc. Ces espaces de coworking sont destinés à attirer uniquement ce groupe démographique et à fournir toutes les commodités dont un professionnel de ce secteur peut avoir besoin.

Bureau mobile Nova

Avec une connexion Wi-Fi rapide, un minibar et une vue qui change tous les jours, la nacelle de bureau mobile Nova, alimentée par l’énergie solaire, répond aux exigences de flexibilité du nomade contemporain. La nacelle Nova, qui appartient à l’espace de coworking Work & Co du Cap, peut être transférée entre des lieux attrayants de la ville et constitue la toute dernière innovation en matière d’environnements de travail « hors bureau ». Si tous les espaces de coworking du futur ne seront peut-être pas ainsi, le bureau mobile Nova sur roues reflète autant que possible la tendance actuelle, notamment le désir des gens de se réunir en petits groupes, de se connecter à la nature, de pouvoir travailler de n’importe où et de ne pas perdre de temps à se rendre au travail.

#10. Des villes verticales avec des bâtiments très hauts et multi-rôles

Les grandes structures et les gratte-ciel des grandes villes joueront le rôle de mini-villes à mesure que la construction verticale s’intensifiera. Les bâtiments du futur pourraient atteindre jusqu’à 30 000 Km de hauteur, soit 8 000 étages ! Des drones géants transféreront les personnes d’un étage à l’autre, les ascenseurs étant impraticables à cette hauteur. Bien que la Chine et Dubaï (l’actuel détenteur du record de la plus haute construction est le Burj Khalifa de Dubaï, qui compte 163 étages) dominent désormais le monde en termes de hauteur des bâtiments, la ville de Newark (New York) bat des records dans le nombre de propositions de projets de tours, ce qui indique que l’Amérique doit s’attendre à une évolution vers de plus grands gratte-ciel et des villes verticales dans un avenir proche. Les villes verticales se caractériseront par une séquence d’étages de bâtiments verticaux interconnectés qui offriront aux résidents des zones écologiques et autonomes. Les nouvelles tendances en matière de construction en hauteur permettent non seulement aux gens de vivre dans le confort, mais contribuent également à réduire l’empreinte environnementale de la région. En outre, davantage de terres seront disponibles pour l’agriculture et la plantation d’arbres afin de maintenir les espaces verts. Cela contribue également à relever les défis environnementaux tels que la pollution atmosphérique en réduisant la dépendance à l’égard des routes. Des immeubles de grande hauteur bien planifiés et durables peuvent accroître l’efficacité de l’utilisation des sols tout en préservant l’aspect compact de la ville.

Complexe Cloud Citizen, Hong Kong

Cloud Citizen est un projet futuriste de métropole verte, hyperdense et tridimensionnelle dans la région de la baie de Shenzhen, à Hong Kong. S’il était développé, le Cloud Citizen de Shenzen serait une mini-ville à l’intérieur d’une métropole, avec des lieux de travail, des parcs, des institutions culturelles et des résidences capables de recueillir l’eau de pluie, de produire des aliments et de générer de l’électricité à partir du soleil, du vent et des algues.

Conclusion

D’ici à 2050, nous aurons de quoi nous réjouir, car tout, des voitures électriques à l’habitat vertical écologique, transformera l’aspect et la convivialité de nos maisons. Dans cet article, nous n’avons abordé que quelques-uns des changements qui auront un impact sur le marché mondial du logement. Malgré les difficultés rencontrées pendant les années de pandémie, l’avenir des bâtiments semble prometteur. Non seulement il y aura une plus grande concurrence pour stimuler l’innovation, mais nous pouvons également nous attendre à un changement dans la façon dont nous utilisons et partageons les espaces avec les autres.

À mesure que les logiciels de construction font tomber les barrières des nouvelles technologies, améliorent les résultats des projets et réduisent les pertes financières et les retards, ils continueront d’être activement utilisés pour concevoir le bâtiment du futur. Si vous souhaitez augmenter l’efficacité de vos projets de construction jusqu’à 70 %, coordonner facilement les équipes, organiser les documents de construction et attribuer les tâches numériquement en déplacement, la solution de gestion de la construction PlanRadar est exactement ce qu’il vous faut.

Vous trouverez de plus amples informations sur l’application ici.

Commencez gratuitement